Le Tata Sénégalais
Un lieu symbolique de la seconde guerre mondiale au coeur du récit des élèves
Article mis en ligne le 22 février 2021

par Hélène Leconte

Ce lundi 22 février 2021, David Rosset, conservateur aux Archives départementales et métropolitaines a rencontré les élèves de 3è5 dans le cadre du projet de classe numérique 39-45 mené avec M. Beuffre, Mme Guerba et Mme Chalieux.
De façon très vivante, l’historien évoque la seconde guerre mondiale et le lieu clé choisi par les élèves pour écrire leur récit : le Tata sénégalais. Situé à Chasselay, il témoigne du combat du 25è Régiment de tirailleurs sénégalais contre une armée allemande puissante, moderne et organisée, marchant sur Lyon. Plus largement, c’est le rôle des soldats coloniaux qui est abordé ici.
David Rosset étudie avec les élèves comment leurs personnages peuvent s’inscrire dans cette histoire tragique, traque les anachronismes, veille à la cohérence historique afin que la fiction s’articule au réel. Avec des documents inédits, il fait vivre la petite histoire dans la grande. Il insiste sur le travail minutieux de l’historien à partir des archives et qui, de preuve en preuve, peut humblement appréhender ce qui s’est réellement passé. Un rappel essentiel en cette période où l’information est omniprésente.
D’ici la fin de l’année, la production des élèves de 3è5 sera présentée aux Archives, et nous pourrons laisser Sam nous raconter le destin de ses parents, Hassan Diallo et Catherine Dupond, pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale.